Nouveaux vélos enfant confortables et sécurisants en Stock !  J'en profite !

Histoire d'athlète : Peta Mullens

Bendigo, Victoria, Australia

Peta Mullens est une athlète. Si les défis étaient un aimant, Peta serait une boule de fer - toujours prête à relever des défis.

À l'âge de 14 ans, elle était déjà triathlète championne d'État. Exclue du triathlon en raison d'une blessure en course, quelqu'un lui a recommandé d'essayer le cyclisme sur piste. Elle a remporté une médaille lors de sa première course, mais ce n'est pas le succès qui lui a donné envie de se concentrer sur le cyclisme à plein temps. Comme Peta le décrit, le vélo de piste était un "nouveau jouet brillant avec lequel je voulais jouer". Elle aimait l'idée d'un nouveau défi.

Peta Mullens, champion national australien

Au cours des 20 dernières années, Peta a accumulé 12 titres nationaux australiens entre route, vtt et cyclocross. Pendant ce temps, sa passion pour la course s'est parfois estompée, mais elle n'a jamais eu peur de s'éloigner pour mieux revenir. C'est cet engagement féroce envers son "pourquoi" qui pourrait être la source du succès de Peta. Alimentée par la passion plutôt que par la poursuite de la gloire, elle s'est réinventée à maintes reprises, inspirant la prochaine génération en cours de route.

Pour Peta, être à fond ne signifie pas s'entraîner le plus dur - cela signifie ne pas abandonner les choses que vous aimez.

"Pour moi, tout est une question de passion", déclare Peta. "Personne que je connais n'aime le cyclisme plus que moi. Je suis autant partant pour des promenades en groupe, des arrêts au café, que des belles sorties VTT ou des promenades nocturnes lentes.

Actuellement, son plus grand engagement est envers son équipe : Roxsolt Liv SRAM . Elle travaille avec l'équipe en tant que directrice, mais pousse toujours les jeunes talents. Peta reçoit beaucoup en retour. Ces jeunes se réfèrent à Peta simplement comme si elle était leur "mère".

Vous pensez que c'est tout ce qu'il y a à savoir sur Peta Mullens ? Loin de là ! Rejoignez-nous pour découvrir ce qui motive notre championne.

Peta Mullens, all in

Liv : Que s'est-il passé pour que vous passiez de la piste à la course sur route ?

Peta : J'étais l'une des cinq enfants dans ma famille, donc nous n'avions pas beaucoup d'argent en grandissant. Quand j'ai commencé à faire du vélo, je portais un vieux kit et roulais sur un vélo qui avait des manettes sur le tube diagonal. Dès le plus jeune âge, j'ai été bien épaulé par des gens qui n'avaient pas grand-chose de plus que moi. Malgré les difficultés, je n'ai rien raté.

Quand j'ai découvert le cyclisme, j'ai commencé à travailler dans le magasin de vélos local et pour chaque dollar que je gagnais, mes parents mettaient également un dollar. J'ai économisé pendant 18 mois pour acheter un vélo de piste élégant. Après ma première médaille nationale, j'ai été prise en charge par l'institut d'État, on m'a donné un vélo, de nouveaux vêtements, un coaching gratuit… et le reste appartient à l'histoire.

Le passage de la piste à la route a été facile pour moi. En Australie, nous avons eu Katie Mactier, Kate Bates et Anna Meares, qui étaient toutes championnes du monde. C'était une équipe complète car il n'y avait pas de programme de développement et l'épreuve de poursuite par équipe pour les femmes n'existait pas encore. Ce que nous avions à l'époque (que nous n'avons malheureusement plus) était une équipe nationale féminine sur route qui se rendrait en Italie et courrait pendant quelques mois en Europe. Au cours de ma première année, j'ai couru le Giro d'Italia et j'en suis tombée amoureuse.

Il y avait à peine une différenciation entre les hommes et les femmes à l'époque en Australie. À 18 ans, je faisais 140 km avec les gars en essayant de ne pas rater un virage. Lorsque nous partions en camp d'entraînement, je roulais avec eux, grimpais avec eux et descendais avec eux mètre par mètre. Si vous étiez largué, on vous laissait pour compte. Quand je suis allé en Europe, j'étais reconnaissante d'être robuste et de me sentir préparée physiquement pour le un tel niveau de compétition. Ce qui était le plus dire, c'est à quel point je me sentais loin de chez moi. Quand j'y suis allée pour la première fois, je ne savais pas cuisiner, je n'avais pas de téléphone portable et je ne parlais certainement pas la langue. Même maintenant, en tant que cycliste ayant beaucoup voyagé, l'Europe est devenue sa deuxième maison.

Peta, route et vtt

Liv : Qu'est-ce qui vous a fait tomber amoureuse du cyclisme sur route ? Qu'est-ce qui vous a donné envie de faire à nouveau du VTT ?

Peta : J'ai adoré ma première année en Europe avec l'entraîneur-chef Warren Macdonald, mais le programme changait tout au long de l'été, j'avais l'impression d'être dans une dictature. D'un côté, ils donnent une opportunité incroyable à une très petite poignée de jeunes athlètes, mais d'un autre côté, je ne pouvais pas me donner entièrement à quelqu'un d'autre. Finalement, j'ai rompu et non seulement j'ai quitté le programme, mais j'ai quitté le sport.

J'avais commencé à sortir avec mon partenaire depuis 13 ans, Jarrod Moroni, et quelques semaines plus tard, il se rendait à un Road Tour de 3 jours que j'avais gagné l'année précédente. Je ne pouvais pas supporter la musique. Alors son père, qui avait 60 ans à l'époque, m'a acheté un vtt pour le week-end et nous sommes allés à un événement social à la place. Je n'avais jamais fait de vtt auparavant, mais apparemment j'étais plutôt douée pour ça. Nous étions un groupe de 20 personnes et nous nous sommes arrêtés plusieurs fois pour prendre des collations, le déjeuner ou parfois pour nous reposer ou attendre un regroupement. Beaucoup de flaques d'eau, de rires et d'accidents. À ce jour, ce fut l'un des meilleurs jours de ma vie. L'un des rares jours où j'ai roulé sans pression ni attente. Depuis, je suis amoureuse du VTT.

Je suppose que je n'avais tout simplement pas l'ame d'une Championne du Monde. J'étais téméraire, opiniâtre et je n'aimais pas qu'on me dise quoi faire. Certains diraient que j'étais bagarreuse, mais ce n'était tout simplement pas le chemin que je voulais pour moi-même. Je suis toujours cette personne aujourd'hui, juste entourée par les miens maintenant.

Liv : Vous avez concouru dans pratiquement toutes les disciplines du cyclisme. Avez-vous une pratique favorite ?

Peta : C'est une question impossible.

J'ai apprécié différentes disciplines à différentes phases de ma carrière et chacune m'a conduite à la suivante. Je suis reconnaissante d'avoir un hangar rempli de vélos parmi lesquels je peux choisir et qui me donnent tous beaucoup de plaisir à rouler. Les compétences se croisent pour faire de vous une athlète très complète, et tout cela me donne un calendrier de choix tellement complet. Je ne vois aucun inconvénient autre que le fait que tomber amoureuse de toutes ces pratiques en fait un passe-temps assez coûteux !

Peta Mullens, vélo de route et cyclocross

Liv : Comment le cyclisme féminin en Australie a-t-il progressé depuis que vous êtes impliqué dans ce sport ?

Peta : Eh bien, j'ai commencé il y a longtemps, mais à l'époque, les équipes étaient souvent soutenues par des instituts financés par l'État, contrairement au secteur privé qui les soutient maintenant. Les prix en argent n'étaient pas égaux et nous n'avions pas de courses réservées aux femmes en dehors des championnats.

Maintenant, courir en Australie offre pour la plupart des prix et des opportunités de course égalitaires, mais le prix en argent est de quelques centimes et dans le peloton féminin, les coureuses ne sont toujours pas payées. Dans la plupart des cas, les cyclistes paient leurs propres dépenses, achètent parfois leur propre vélo, et sont soutenus par du personnel bénévole. D'un autre côté, au cours de cette période, nous avons vu la création de la première équipe australienne du WorldTour. Nous avons accueilli des événements WorldTour comme le Tour Down Under et Cadels GORR, ainsi que les Jeux du Commonwealth et un championnat du monde de VTT. Cette année, la plus longue course sur route féminine au monde a été courue ET télévisée (le 160 km Colac à Warrnambool) et nous accueillerons les Championnats du monde sur route. Nous avons vu le sport du cyclocross adopté par le pays et nous avons célébré notre première victoire en Coupe du monde de VTT en plus de 20 ans. Nous avons un nombre record de 26 femmes australiennes dans les équipes UCI, dont la moitié est en WorldTour.

À mon avis, il n'y a pas PLUS de femmes qui courent, mais le niveau s'est élevé. Les coureuses sont plus professionnelles, les équipes aussi et le nombre de futurs talents est immense. Je sais que les 10 meilleures femmes de notre National Road Series pourraient facilement entrer directement dans un peloton européen, et cela me rend vraiment heureuse.

Peta Mullens, Roxsolt Liv SRAM

Liv : Décrivez votre rôle avec Roxsolt Liv SRAM.

Peta : Officiellement, je suis l'un des trois directeur de l'équipe, aux côtés de Kelvin Rundle de Roxsolt et d'un autre membre de l'équipe, Justine Barrow. Je suis responsable de toutes les négociations avec les sponsors et de l'équipement. Je joue probablement aussi le plus grand rôle dans le recrutement des athlètes, simplement parce que je cours dans toutes les disciplines, ce qui me permet de cibler les talents émergents.

Liv : Quel est l'objectif de l'équipe ?

Peta : Chez Roxsolt Liv SRAM, nous avons toujours considéré que notre objectif était d'être l'équipe qui fait le lien avec la compétition internationale et qui saisit les opportunités ; qui permet aux coureurs australiens de pouvoir "plonger" dans la course internationale dans un environnement amusant et favorable. Cela devait être l'objectif permanent, mais avec tant d'Australiens capables de faire ce saut de nos jours, nous sommes prêts pour un changement.

L'équipe de 2022 est totalement différente de toutes les équipes dont j'ai fait partie. Oui, nous avons signé des champions existants, mais ce dont nous sommes vraiment fiers cette fois-ci, ce sont nos diamants bruts ; la moitié de notre équipe partant pour l'Europe n'avait jamais couru de course sur route il y a un an !

Cette année, nous sommes tellement heureux d'avoir créé une plate-forme qui permet aux femmes d'explorer de nouvelles opportunités sur différents vélos, que ce soit pour la passion ou la compétition. Il n'y a pas de jugement ni d'attente, juste un groupe de femmes encourageant une amie à essayer quelque chose de nouveau.

Pendant 10 ans, j'ai couru dans plusieurs disciplines, et pas une seule fois je n'ai piloté une seule marque de vélo jusqu'à l'arrivée de Liv il y a trois ans. Je veux que les autres femmes aient l'impression d'avoir la liberté de choisir un vélo, de choisir une discipline pour le week-end et de simplement rouler. Je veux qu'ils ressentent ce sentiment de "nouveau jouet brillant" que j'ai ressenti lorsque j'ai découvert le cyclisme.

Liv : Pensez-vous que votre nièce et votre neveu vont se lancer dans le cyclisme ?

Peta : Oh définitivement ! Ils courent déjà les courses du club de vtt tous les quinze jours pendant l'été. Ils m'appellent en Facetime et me montrent la couleur du ruban qu'ils ont gagné. Je plaisante aussi en disant qu'ils vont bientôt me battre et ils me répondent : " C'est certain."

Aunty Peta
Partager