Nouveaux vélos enfant confortables et sécurisants en Stock !  J'en profite !

Histoire d'athlète : Paige Stuart

Moab, Utah, USA

L'ABSA Cape Epic est une course par étapes de VTT de huit jours présentée comme la plus difficile au monde. Des images d'athlètes couverts de poussière grimaçant durant de longues ascensions en pleine chaleur avec en décor, des paysages pittoresques de montagnes sud-africaines. Ce que les fans oublient souvent, ce sont les personnes qui se précipitent une fois que les athlètes ont franchi la ligne d'arrivée, chargées de nettoyer et réparer leur vélos, travaillant tard dans la nuit pour réparer les dommages subis par les vélos.

Peu importe la course, la mécanique du vélo joue un rôle crucial dans le succès ou l'échec d'une athlète. Cela est déjà stressant pour le mécanicien chargé d'une athlète pendant une journée ou un week-end de course. Imaginez maintenant ce que cela doit être pendant plus d'une semaine de course dans des conditions difficiles. Vous pouvez multiplier le stress par quatre.

Paige Stuart est une mécanicienne pour le moins expérimentée. En 2014, elle a quitté son emploi de pédologue et a commencé à travailler à plein temps comme mécanicienne au Chili Pepper Bike Shop à Moab, dans l'Utah. Elle est maintenant mécanicienne à plein temps chez Liv Racing. Pourtant, s'occuper des vélos de deux équipes féminines professionnelles de Liv pour Cape Epic (quatre coureuses au total) était un défi différent de tout ce qu'elle avait connu auparavant.

"Cape Epic était un test pour les athlètes, mais c'était aussi vraiment un test pour tous les vélos et leurs composants", a déclaré Paige. «Les éléments se sont frayés un chemin dans chaque partie des vélos. Dans le court délai avant la course du lendemain, les athlètes prenaient soin de leur corps et je m'occupais de remettre en forme les vélos.

On pouvait trouver Paige travaillant sur les vélos des athlètes avec une lampe frontale jusqu'aux petites heures du matin, juste pour se réveiller avant que le soleil ne se lève pour escorter les coureurs jusqu'à la ligne de départ. Mais tant qu'il y avait du café, il y avait un sourire sur son visage.

« Le café est mon plat préféré. »

En regardant les stands des équipes, que vous soyez à Cape Epic ou aux Coupes du monde, il devient assez évident que les femmes mécaniciennes sont en minorité. En fait, seulement 8,6 % des mécaniciens de vélos aux États-Unis sont des femmes (selon Zippia.com ). C'est quelque chose que Paige a dû surmonter tout au long de sa carrière, et une statistique qu'elle s'est engagée à changer.

Nous voulions jeter un coup d'œil au-delà de la boîte à outils pour en savoir plus sur Paige, son parcours pour devenir mécanicienne de vélos et les différentes idées à mettre en place pour attirer davantage de femmes à rejoindre la profession.

Boite à outils de Paige Stuart

Liv : Quels sont les mots qui te définissent ?

Paige : « Vivez ou mourrez », de Shawshank Redemption. J'apprécie le sentiment que vous avez toujours le choix de rester coincé ou de tirer le meilleur de vous même.

Liv : Qu'est-ce qui est venu en premier à vous ? Faire du vélo ou travailler à vélo ?

Paige: J'ai toujours eu un vélo dans ma vie, j'ai toujours aimé les garder en bon état de fonctionnement. J'aime comprendre comment les choses fonctionnent et les réparer quand elles ne fonctionnent pas.

Liv : Comment ta carrière de mécanicien professionnel a-t-elle commencé ?

Paige : Je suppose que ça a vraiment commencé quand deux gérants de magasins à Moab m'ont appelé pour savoir si je voulais travailler comme mécanicienne dans leur magasin. Ils avaient entendu une rumeur selon laquelle j'aimais travailler sur des vélos et connaissais déjà le métier. Ils avaient un besoin urgent de quelqu'un et ils m'ont donc contacté. Je tiens à les remercier de m'avoir intégré dans l'entreprise et d'avoir transformé mon passe-temps en profession. Ce fut une année de formation qui a sûrement changé le cours de ma vie.

Liv : Avez-vous eu des mentors qui vous ont aidé à en arriver là où vous êtes aujourd'hui ?

Paige : Après mon passage chez Bike Fiend, je suis allée travailler chez Chile Pepper Bikes à Moab. Pendant mon temps de travail en tant que mécanicienne chez Chile Pepper Bikes, j'ai eu tellement de mentors et j'apprends toujours constamment de mes collègues mécaniciens. Il y a toujours quelque chose de nouveau à apprendre et chacun apporte avec lui diverses expériences et conseils de pro. On ne s'ennuie jamais avec la technologie en constante évolution, il y a toujours quelque chose de nouveau à apprendre. Jamais un moment ennuyeux.

Sara Jarrell de SRAM est une grande défenseure des femmes dans l'univers de la mécanique et m'a vraiment aidé pour que je travaille comme mécanicienne professionnelle en dehors du cadre de l'atelier.

Liz Walker, la responsable de l'équipe Liv Racing, est une telle championne pour avoir amenée les femmes dans le monde de la course cycliste. Dans l'esprit de Liv Cycling et dans la mission dinclure davantage les femmes dans le sport, elle m'a amené à bord avec l'équipe Liv Factory Racing. Elle est une vraie chef ! Elle m'aide à revendiquer sans vergogne les droits des femmes dans une scène très dominée par les hommes.

Paige Stuart travaillant sur les vélos

Liv : Quand avez-vous commencé à travailler pour Liv Racing ? En quoi consiste votre travail ?

Paige: J'ai commencé à travailler avec Liv Racing sur le circuit de la Coupe du Monde UCI en mai 2021. Ma principale mission est de garder les vélos parfaitement réglés pour les athlètes qui courent. S'ils n'ont pas à se soucier de l'état de leur vélo et peuvent être sûrs qu'il fonctionnera parfaitement, ils peuvent se concentrer sur leur course. Je travaille avec les athlètes pour ajuster les choses sur leurs vélos et apporter les modifications nécessaires. Je suis généralement présente sur le parcours tout au long de la course, les aidant avec tous les problèmes mécaniques qui peuvent survenir. Être là pour l'équipe pendant ces grands week-ends de course signifie également aider de toutes les manières nécessaires. Il y a tellement de logistique qui entrent dans une course réussie. Les vélos ne sont qu'une partie du travail. Faire partie de l'équipe de mécanique, c'est donner la priorité aux besoins de l'équipe et effectuer un certain nombre de petits boulots chaque jour pour aider les athlètes et la marque à se présenter de la meilleure façon possible.

Liv : Quelle est la meilleure chose à propos de travailler en tant que mécanicienne professionnelle ?

Paige : Le travail de mécanicienne offre un bel équilibre entre stimulation physique et mentale. Vous êtes debout, vous utilisez vos mains et vous résolvez des problèmes tout le temps. Réparer les choses pour les gens est vraiment gratifiant et vous pouvez également interagir avec tant de personnes qui partagent votre passe-temps !

Liv : Qu'est-ce qui est le plus difficile dans le travail de mécanicienne professionnelle ?

Paige : En ce qui concerne les métiers spécialisés, « Bike Mechanic » n'est pas une profession très rémunératrice par rapport aux autres métiers. Une fois que vous acceptez que votre richesse viendra sous d'autres formes (comme les vélos, les composants de vélo et la qualité de vie du vélo souvent), alors c'est un travail de rêve !

Liv : Quels sont les obstacles auxquels se heurtent les femmes qui essaient d'entrer dans ce domaine ?

Paige : C'est un sujet tellement profond, qu'il faut commencer à décomposer les raisons pour lesquelles les femmes sont sous-représentées dans la profession. Les femmes dans les métiers spécialisés ne représentent en général que 3% donc ce déséquilibre concerne tous les métiers manuels ! Je pense que les normes culturelles de genre et un système d'éducation qui stigmatise le travail des « cols bleus » sont un obstacle pour les femmes qui deviennent mécaniciennes de vélo ou autres professionnelles spécialisées.

Liv : Que pensez-vous que l'industrie puisse faire pour que davantage de femmes travaillent dans les magasins de vélos ?

Paige : Je pense que les femmes doivent être davantage invitées ! Liz Walker a fait tout son possible pour recruter des femmes mécaniciennes pour les athlètes Liv. Plus de magasins, de marques et d'équipes devraient faire de même. Il est très difficile de mettre un pied dans la la mécanique en tant que femme, surtout si vous manquez d'expérience. Les jeunes garçons quant à eux sont recrutés pour faire des petits boulots autour de la boutique, malgré leur manque d'expérience et sont alors rapidement encadrés pour faire des métiers de plus en plus pointus. Ils deviennent les futurs mécaniciens de vélo et maintiennent le statu quo des stands de mécanique à prédominance masculine. Je pense que plus de magasins et de marques doivent organiser des rassemblements spécifiques aux femmes pour promouvoir le cyclisme, mais aussi encourager plus de femmes et de filles à commencer à utiliser des outils ! À mesure que de plus en plus de jeunes femmes adopteront le vélo, peut-être que davantage finiront par travailler dans la profession.

Liv : Quels sont vos conseils pour rendre les magasins de vélos plus conviviaux pour les femmes, en général ?

Paige : J'ai l'impression que plus il y a de femmes qui travaillent dans un magasin, plus c'est accueillant pour les femmes. Avoir des vélos et des équipements qui répondent aux besoins des femmes montre que nous appartenons à votre magasin. Je pense qu'il est également pertinent d'avoir des affiches et des publicités avec des athlètes féminines au lieu de seulement des hommes.

Liv : Quels conseils donneriez-vous à d'autres femmes qui souhaitent devenir mécaniciennes de vélo ?

Paige : Si vous aimez les vélos et que vous souhaitez les réparer, que ce soit comme passe-temps pour vos vélos personnels ou en tant que professionnel de l'industrie, je vous recommande de vous salir les mains le plus souvent possible ! Vous pouvez faire du bénévolat dans les magasins de vélos, démonter vos propres vélos et les remonter. Vous pouvez aller directement dans un magasin et obtenir un emploi dans une certaine mesure et espérer progressivement travailler dans un rôle de mécanicien en montrant de l'intérêt et en saisissant les opportunités. Si vous recherchez une éducation plus structurée et simplifiée, il existe maintenant quelques écoles qui vous apprendront les bases. Il y aura souvent des bourses d'études pour encourager les femmes à s'inscrire. Il peut même y avoir des cours réservés aux femmes. C'est un moyen rapide d'apprendre le vocabulaire et les bases et cela vous aidera à mettre le pied dans votre magasin local. Une chose est sûre, cela vous rendra plus confiante de travailler sur vos propres vélos. Vous aurez une idée des outils dont vous aurez besoin et vous sentirez à quel point vous aimez travailler sur des vélos ! Les ateliers ne sont pas le seul endroit où travailler en tant que mécanicien, mais j'ai l'impression que vous bénéficiez d'une formation sur le tas incroyable lorsque vous travaillez chaque jour sur des vélos de tous types. Il vous expose à une telle variété de réparations et de composants différents.

Voici quelques cours de mécanique vélo aux États-Unis :

Paige Stuart en pleine réparation de vélos durant une course

Le Top 3 des conseils de mécano de Paige

  1. Lavez votre vélo. Garder la saleté et la crasse hors des pièces mobiles empêche les pièces de s'user prématurément. C'est plus agréable de travailler sur un vélo propre et le vélo en jette plus.
  2. L'entretien préventif vous évite d'avoir des problèmes sur la route et d'accumuler des réparations coûteuses. Les purges régulières des freins, les vérifications de la tension des rayons, les vérifications des boulons, l'entretien de l'huile de suspension, les vérifications des produits d'étanchéité et le remplacement des roulements lorsqu'ils s'usent ne sont que quelques-unes des choses que vous pouvez faire.
  3. N'ayez pas peur de poser des questions et de tenter vos propres réparations ! Il y a tellement de bonnes ressources à aller chercher, y compris les gens de votre magasin de vélos local. Votre magasin de vélos local peut vous aider à trouver les bonnes pièces et les bons outils pour vos propres réparations de vélos. Soyez un habitué et développez un liens avec les mécaniciens. Nous aimons parler de vos vélos avec vous.
Partager