Skip to main content
{{Cart.NumberOfCartItems}} 0

Les championnats du monde VTTAE : le résumé d'une épreuve éprouvante pour Sandrine Koenig

jeudi 8 octobre 2020

Teams / Athlètes

Le 07/10/2020 à 16h30, Sandrine Koenig récente Championne de France VTTAE prend le départ des Championnats du Monde UCI à Leogang en Autriche, une épreuve riche en émotion pour notre athlète Liv.

Voici un exercice pas facile que de revenir sur cette incroyable aventure tant mes sentiments sont mêlés. Commençons par les aspects pratiques : En effet, c’est loin d’être un détail comme vous allez pouvoir vous en rendre compte ! Lorsqu’on travaille dans l’éducation nationale on a la chance d’être plutôt maître de son temps sur les fins d’après-midi et on bénéficie des vacances aussi pour assoir un volume d’entrainement aussi bien qualitatif que quantitatif. Le revers de la médaille c’est que quand on doit participer à une compétition en Autriche en milieu de semaine…et ben c’est pas si facile.

Bref, lundi 16h15, je quitte ma blouse de maitresse d’école et nous voilà parti avec mon coach de mari en direction de l’Autriche. La voiture est pleine à craquer (Mon Liv Intrigue E+1, mon Liv Langma Advanced pro, le home trainer, des tenues, des tenues, et encore des tenues, et pleins d’autres trucs aussi !). Vers 22h00 nous passons Munich et nous arrêtons pour passer la nuit. Le lendemain départ 8h00 car il reste encore 100km de montagne avant de rejoindre Leogang.

Nous arrivons sur place, A Leogang vers 10h00. J’ai déjà assisté à plusieurs coupes du monde de VTT en temps que spectatrice mais force est de constater qu’un championnat du monde c’est encore autre chose.

Tout le monde court dans tous les sens ! Avec les restrictions liées au COVID, les équipes sont un peu perdues entre le retrait des plaques, les accréditations, etc. Il en est de même pour l’équipe de France qui, de surcroit, doit donner la priorité aux courses et c’est normal. Je prends à ce moment la pleine mesure que nous sommes définitivement une grande nation de VTT et de VTTAE comme vous allez le voir !

Dans l’après-midi, après avoir pris possession de mon hôtel et déballé mes 1000 tenues, il est temps de partir pour une première session de reconnaissance officielle. Bonne nouvelle il ne pleut pas (Une première depuis 15 jours…et j’exagère à peine). Entre la boue collante et les forts pourcentages le parcours est vraiment exigeant à défaut d’être très technique…enfin pour l’instant…

Je sors confiante de ce premier exercice. J’ai pu faire 4 tours complets, de nombreux passages spécifiques et choisir mes trajectoires. Se pose maintenant la question des pneus car la course, demain, se fera sous la pluie et avec un sol plus liquide.

Place à la récup sur home trainer depuis le balcon de l’hôtel, une bonne douche, un diner léger et une bonne séance de massage.

Après un bon gros dodo, il est temps de se préparer pour le premier chantier de la journée : la dernière séance de reconnaissance de 8h00. Il a plu toute la nuit et le sol est détrempé. Je fais un tour complet plus quelques passages puis rejoins mon coach de mari pour parler pneumatique. Le choix est cornélien ! des gros crampons qui vont chercher profond le grip…mais vont aussi vite charger ma transmission (je repense à mes déboires à Epinal en 2019 sur le championnat de France) ou alors de nombreux petits crampons à savoir mon pneu actuel. Sur ces questions je suis bien seule pour la première fois puisque le coach n’a pas accès au terrain. Je décide de ne rien changer après avoir vu quelques hommes avec de très gros problèmes de transmission (Julien Absalon abandonnera l’après-midi pour ces raisons…c’est dire !).

A 15h50, le termine mon échauffement et me rapproche de la zone de départ. Je croise plusieurs hommes qui viennent d’en finir...ils sont dans un état absolument incroyable ; Je n’avais jamais vu un humain autant maculé de boue !

A 16h15 je suis appelée pour la mise en grille ; Le protocole est vraiment impressionnant (musique d’ACDC à fond et appel en Anglais…ça ne rigole plus du tout). 16h30 le départ est donné.

Il m’aura fallu seulement quelques centaines de mètres pour comprendre que je n’étais pas équipé pour livrer bataille convenablement. La course des hommes a littéralement labouré le terrain, il n’y a plus un centimètre d’herbe sur qui compter pour avoir un peu de grip.

Qu’il n’y ait pas de malentendu, Mon Liv Intrigue E+1 est un vélo absolument incroyable. Sa puissance et sa docilité m’ont d’ailleurs permis de remporter le titre de championne de France et de gagner il y a quelques jours les 2 courses VTTAE du vélovert festival dans des questions particulièrement dantesques également (cf mon CR). Pour autant il faut se rendre à l’évidence, les roues en 29 pouces étaient incontournables pour faire une prestation correcte dans des conditions aussi dantesques. Bref l’arrivée du nouveau LIV INTRIGUE X E+ est une excellente nouvelle et il me tarde de l’essayer.

Après 2 tours au combat, je me fais arrêter ; Règle des 80% oblige et termine à la 11ème place de ses 2ème Mondiaux E-bike de l’histoire.

Alors que retenir ?

J’ai l’habitude de voir le verre à moitié plein donc je retiens avant tout ma sélection en équipe de France et ma participation. Je n’ai aucun regret à avoir ; J’ai fait mon maximum avec les moyens qui étaient les miens.

Bien qu’il n’ait pas eu beaucoup de temps à me consacrer, je salue le travail du staff de la FFC; C’est grâce à cette poignée de personnes totalement investies que notre nation trust les podiums et les médailles.

Je remercie spécialement Jean Pierre Bruni qui a eu un œil bienveillant et qui m’a souvent apporté les réponses à mes questions pratiques.

Un grand Bravo à Mélanie Pugin & Jérôme Gilloux pour leurs performances et leurs médailles ; l’expérience DH, enduro et motocross a dû être très utile 😊.

Place maintenant à un peu de repos avant de commencer à écrire l’histoire d’une saison 2021 qui s’annonce passionnante.

Partager