Prime Electrique - 11 Mai au 1er Juin - 400€ offerts avec le code PrimeElec24  J'en profite !

Le refuge du vélo

PAR MAHSHID HADI

Quand j'étais une petite fille en Iran, mes parents m'ont acheté un vélo et j'ai appris à en faire dans notre jardin. Je suis tombée tellement de fois et je me suis relevée à chaque fois. Enfin, j'ai pu crier en toute confiance : "Lâche prise, papa, je peux le faire. À partir de là, j'ai voulu rouler pour toujours. Je me sentais tellement libre."

Puis j'ai eu neuf ans. J'ai été forcée de porter le hijab, un long chemisier et un pantalon ample et de m'assurer que toute ma peau était couverte. J'ai assisté à ma cérémonie Jashn-e taklif, qui marque la fin de l'enfance et le début de l'âge adulte. J'étais désormais considérée comme une femme.

Là où j'ai grandi, dans la ville d'Ispahan, il est interdit aux femmes de faire du vélo. Craignant pour ma sécurité, mon père m'a pris mon vélo. Ce sentiment de liberté de l'enfance n'était plus qu'un souvenir. Mon objectif, retrouver ce sentiment de liberté.

J'étais obligée de faire l'impossible.

Ma famille était dominée par les hommes, ce qui était typique de l'Iran à cette époque. Même enfant, j'étais consciente que ma mère luttait contre les attentes de la société envers elle. En fin de compte, elle a été forcée de renoncer à ses talents, son identité, son bonheur et son espoir. J'ai décidé que mon histoire n'allait pas ressembler à la sienne.

J'ai commencé à défier les règles et les rôles imposés aux femmes. Pendant un moment, j'ai coupé mes cheveux et je les ai portés comme un garçon, et plus tard je suis devenue actrice et mannequin. J'ai commencé à défendre les femmes victimes de violence domestique. J'étais politiquement active et j'ai participé à des manifestations. J'ai accepté toutes les punitions qui m'attendaient à la maison mais j'ai toujours cru en moi et en mes rêves.

Une nuit, j'ai entendu mon père pleurer et dire à ma mère : « Je ne suis pas sûr de pouvoir protéger Mahshid. J'étais confuse - me protéger ? De quoi ?

Un matin, toute ma vie a basculé.

Il était tôt le matin et nous dormions tous encore. On a frappé fort à la porte, des hommes du ministère du Renseignement de la République islamique d'Iran sont entrés (alors connu sous le nom de VEVAK). Nous les avons vus emporter toutes nos affaires - nos livres préférés, nos photos de famille, notre argent, nos cartes d'identité. Ma mère et moi avons eu 24 heures pour mettre mon père (handicapé à la suite d'une opération chirurgicale infructueuse en 2009) en soins et aller en prison par nos propres moyens.

Ce qui s'est passé ensuite est le sujet de mon prochain film documentaire. En résumé, je me suis enfuie en Turquie, puis quelques années plus tard, au Canada. Mais je n'étais pas encore libre. Je me sentais tellement perdue. Le vélo m'a sauvé.

J'ai travaillé pendant deux ans pour gagner assez d'argent pour m'acheter un vélo et j'ai finalement retrouvé ce sentiment de liberté dont je rêvais. J'ai aussi découvert le bike-packing et les joies d'être complètement dans l'instant présent en pleine nature. Lors de ces longues balades en pleine nature, mon rythme cardiaque s'harmonise avec les sons de la nature. Je suis accueillie par elle et accueillie par les autres cyclistes. Je fais partie d'une communauté où j'ai de la valeur.

Ce qui s'est passé ensuite est le sujet de mon prochain film documentaire. En résumé, je me suis enfuie en Turquie, puis quelques années plus tard, au Canada. Mais je n'étais pas encore libre. Je me sentais tellement perdue. J'aspirais au vélo.

J'ai travaillé pendant deux ans pour gagner assez d'argent pour m'acheter un vélo et j'ai finalement retrouvé ce sentiment de liberté dont je rêvais. J'ai aussi découvert le bike-packing et les joies d'être complètement dans l'instant. Lors de ces longues balades en pleine nature, mon rythme cardiaque s'harmonise avec les sons de la nature. Je suis accueillie et accueillie par les autres cyclistes. Je fais partie d'une communauté où j'ai de la valeur.

J'ai fait du vélo en Turquie et au Royaume-Uni, et dans de nombreux endroits magnifiques au Canada, notamment les îles Gulf et la route de l'Alaska au Yukon. Cet hiver, je roulerai avec mon partenaire vers l'océan Arctique sur l'autoroute Dempster, considérée comme l'autoroute la plus sauvage du Canada, lors d'une expédition à vélo de 500 kilomètres. Nous allons produire un documentaire sur le trajet et l'histoire de ma vie.

Je me sens tellement forte sur le vélo, en affrontant des conditions extrêmes et en faisant face à mes peurs - et ça me fait du bien. En ayant trouvé mon pouvoir sur le vélo, je crois que ma mission est d'aider les femmes à trouver leur pouvoir également. Lorsque nous nous connectons, nous sommes comme une chaîne, plus forts ensemble.

Mahshid Hadi est technicienne en radio et défenseure des droits des femmes à Vancouver, Colombie-Britannique, Canada. Découvrez le voyage bikepacking en Arctique et le film documentaire de Mahshid sur sa page GoFundMe et suivez-la sur son compte Instagram.